Conférence à l?occasion du 10e anniversaire de la Convention des Droits de l?Enfant

  • 27/09/1999
Voir aussi :
Theme:

Chère Madame Kwasniewska,

Je vous remercie très chaleureusement pour l?initiative que vous avez prise de réunir cette conférence l?occasion du dixième anniversaire de la Convention relative aux Droits de l?Enfant. Les objectifs de la Convention me tiennent fort coeur et je suis heureuse de pouvoir participer cette réunion.

C?est le gouvernement polonais qui, en 1978, proposa de négocier cette Convention. Il est donc tout naturel pour nous de commémorer son dixième anniversaire ici en votre pays. La Convention a été ratifiée par tous les membres des Nations-Unies sauf deux. Son texte peut dès lors être considéré comme ayant reçu une approbation universelle.

Madame Kwasniewska,
Monsieur le Président,
Chers participants,

En septembre 1990, un an après la signature de la Convention, septante et un chefs d?Etat et de Gouvernement se sont réunis New York pour un Sommet Mondial sur les Enfants. A cette occasion, feu le Roi Baudouin, représentant la Belgique, lança un pressant appel pour la protection des enfants risque. Son plaidoyer garde toute son actualité. On estime qu?aujourd?hui, travers le monde, 70 millions d?enfants de moins de 12 ans travaillent dans des conditions totalement inacceptables, y compris l?esclavage et la menace de mort. Il va de soi que pour ces enfants-l le droit l?éducation, qui est d?une importance capitale pour leur développement, est hélas totalement impossible. Nous ne pouvons plus rester indifférents ou muets face cette terrible réalité.

La ratification de la Convention impose tous les gouvernements l?obligation de faire respecter intégralement les droits des enfants dans leur pays. Des efforts considérables ont déj été accomplis dans ce domaine, mais il reste encore beaucoup faire. Néanmoins, nous avons de très réels motifs d?espérer lorsque nous constatons les activités des organisations internationales et le nombre croissant d?organisations non-gouvernementales qui incitent les gouvernements honorer leurs engagements. Je pense des initiatives mondiales comme l?ECPAT qui signifie : ?Cessez la Prostitution Enfantine et le Trafic d?Enfants?, mais aussi au Programme International pour l?Elimination du Travail des Enfants, appelé IPEC, et bien d?autres encore.

J?aimerais présent mentionner trois initiatives, parmi d?autres, qui ont trait l?application de la Convention dans mon propre pays.

Je citerai en premier lieu, l?Ombudsman pour les Enfants. Comme en Norvège et dans un nombre toujours croissant d?autres pays, nos Ombudsmen sont devenus l?image vivante de toute une structure administrative pour la défense des enfants.

Deuxièmement, dans beaucoup de pays des initiatives se développent pour apprendre aux jeunes leurs droits et leurs responsabilités. Tout le monde s?accorde dire qu?en général les textes des conventions des droits de l?homme sont trop arides et trop abstraits pour retenir l?attention des écoliers. En Belgique, de petits groupes de jeunes se sont réunis dans le but de mieux comprendre leurs droits et de s?exprimer eux-mêmes sur les problèmes qui les préoccupent. Ils apprennent ainsi exercer leurs droits sans empiéter pour autant sur les droits des autres. Ce projet est intitulé ?What do you think? et il fut lancé par l?UNICEF dans 11 autres pays pilotes.

Troisièmement, dans le contexte tout fait différent et réellement tragique qui suivit la découverte des corps de plusieurs jeunes enfants kidnappés et violés, le Gouvernement Belge a créé en 1996 le Centre Européen pour Enfants disparus et sexuellement exploités, appelé Child Focus. Ce Centre, fonctionne indépendamment du Gouvernement et aide les parents rechercher des enfants disparus en même temps qu?il encourage le public coopérer. Les enquêtes elles-mêmes restent de la compétence exclusive des autorités judiciaires et des services de police. Child Focus qui est bien connu présent est la disposition du public 24 heures sur 24 grâce une ligne téléphonique spéciale. Pendant les seize premiers mois de son existence 1350 dossiers concernant des disparitions d?enfants ont été ouverts. Le Centre a également mis en évidence l?urgent besoin d?étendre son réseau l?Europe entière. En effet, le crime ne connaît pas de frontières.

J?espère que des réunions comme celle-ci contribueront tisser un véritable réseau international pour combattre les atteintes pernicieuses l?innocence de nos enfants qui souillent notre conscience tous.

Les expériences que je viens de décrire en ce qui concerne la Belgique ne constituent qu?un exemple de domaines spécifiques où les signataires de la Convention se sont engagé pour protéger les enfants. Mais tant d?autres secteurs encore nécessitent nos efforts assidus.

Tous les enfants, y compris ceux de familles désunies, ont le droit de grandir dans un climat qui leur assure sécurité, attention, respect et aussi l?amour de parents dévoués. Aucune Convention ni prestigieuse conférence internationale ne peut garantir ce que seule la famille peut donner. Je crois fermement que la famille est ?le sanctuaire intérieur? de la société, la communauté fondamentale de l?amour, la première école d?humanité où le caractère des enfants est formé et préparé pour assumer leurs responsabilités envers leur prochain.

Je remercie encore Madame Jolanta Kwasniewska pour l?heureuse initiative de nous avoir réunis afin de célébrer le dixième anniversaire de la Convention relative aux Droits de l?Enfant. Leur application intégrale doit rester un souci permanent pour chacun. Nous sommes tous appelés faire tout ce qui est en notre pouvoir pour GARDER LES ENFANTS SOURIANTS DANS LE PROCHAIN MILLENAIRE.