Lettre ouverte à l`occasion du 10e anniversaire du décès du Roi Baudouin

  • 31/07/2003
Voir aussi :
Theme:
Foto ter illustratie van de open brief van Koningin Fabiola ter gelegenheid van de 10de verjaardag van het overlijden van Koning Boudewijn.
Belga

Le Roi Baudouin, roi de mon coeur

Dix ans après sa mort, je souhaite par cette lettre remercier mes compatriotes qui célèbrent la mémoire du Roi Baudouin que j'aime tant. Il a tracé un sillon qui ne s'effacera jamais. Cet anniversaire m'incite à exprimer le bonheur que j'ai connu à ses côtés et qui se poursuit, car plus le temps s'écoule et plus il me fait vivre. Il m'aide à porter dans la confiance et dans l'espérance les soucis et les souffrances que nous connaissons tous.

Beaucoup ne pouvaient pas connaître sa vraie nature et sans doute est-ce dû pour une part à la discrétion qu'il cultivait. Etant sa femme, je crois avoir pu mieux que quiconque apprécier ses qualités. Je l'ai regardé intensément à chaque moment, car on ne se lasse jamais de contempler celui qu'on aime. En partageant avec vous la connaissance plus approfondie que j'ai de lui, je réponds aujourd'hui à l'appel de mon coeur.

Son amour inépuisable coulait de source et engendrait le bonheur autour de lui et en lui-même. Mon mari m'a fait boire à cette source et elle continue à désaltérer chaque heure de ma vie. Son rire, prêt à bondir, se changeait à tout moment en un sourire qu'il partageait sans jamais se lasser ni nous lasser.

Mais Baudouin, comme tout homme, a vécu des moments difficiles. Un roi n'est pas épargné. Au moment de succéder à son père, il s'est senti désemparé par la responsabilité. Il aimait beaucoup son père et se savait peu préparé à cette lourde tâche. Il disait : « Je ne reçois pas ma force pour demain, mais seulement pour maintenant. Je dois apprendre à vivre le moment présent » .

Durant toute sa vie, Baudouin s'est associé aux joies et aux tristesses de ses concitoyens. Sa première visite au Congo a laissé le souvenir d'un jeune roi décontracté et joyeux au milieu des Africains, dans une sympathie et un attachement réciproques. Pour cette raison, il a beaucoup souffert des affrontements meurtriers endurés plus tard au Congo par des Belges et des Congolais.

Les photos permettent de reproduire les gestes des personnes aimées. Beaucoup de documents photographiques témoignent de la personnalité joyeuse du Roi Baudouin. On trouvera évidemment des photos de lui prises lors de cérémonies officielles où le sérieux est de rigueur.

Sachant ma tendance à prendre la parole, j'admirais d'autant plus l'écoute généreuse et attentionnée de mon mari, que ce soit en famille ou dans l'exercice de sa fonction. Il prenait soin de faire le vide en lui-même pour se mettre à la place de l'autre. Son esprit lucide et son silence aimant accueillaient les démunis et les blessés par la vie, comme tous ceux qui voulaient lui confier leurs peines. Il disait: « Dans la rencontre, c'est mon coeur qui me suggère les mots, les moments de silence ».

Confronté très jeune à d'autres cultures, moeurs et philosophies, il désirait apprendre toujours davantage sur notre raison d'être et les conditions de vie de chacun. La conscience de la dignité de chaque personne, qui est unique, représentait pour lui la quintessence de la sagesse. Le patrimoine culturel de l'humanité avec ses multiples expressions lui inspirait un immense respect, mêlé de reconnaissance. Baudouin savait les accueillir tout en maintenant sa propre identité. Mon mari me rappelait parfois le bonheur de l'échange : « J'espère que tu as vidé le tiroir de tes propres idées, parce que s'il est rempli d'avance, tu ne pourras rien y ajouter ».

Cette ouverture d'esprit et de coeur, toute naturelle en lui, fut la clé de son émerveillement inépuisable, qui lui révélait les vraies valeurs de la vie et leur beauté. Il a conservé intacte la fraîcheur candide de l'enfant, qui est l'antidote de l'orgueil. Les remarques des autres à son sujet le conduisaient à une autocritique constructive qui développait en lui l'humilité. A son décès, une adolescente s'est exclamée: « Il n'avait pas l'amour du pouvoir, mais le pouvoir de l'amour ».

Dans une affection et un respect mutuels exceptionnels, le Roi Baudouin et le Roi Albert ont toujours oeuvré de grand coeur en faveur des mêmes valeurs fondamentales.

Quarante années de métier avec d'innombrables contacts humains ont donné au Roi Baudouin une compréhension et une sagesse qui lui faisaient mettre en valeur ses interlocuteurs. Sagesse et savoir ne se confondaient pas dans son esprit : la sagesse est appelée à croître et le savoir, à être au service de celle-ci. Toutes ces qualités ont fait de lui, à mes yeux, un homme vraiment universel. De jour en jour, grâce à lui, j'apprends encore la valeur de la patience et combien chaque personne est un cadeau qu'on doit essayer d'aimer toujours plus.

Sans doute beaucoup d'autres que moi peuvent-ils parler du Roi Baudouin en connaissance de cause. Le voir comme l'entendre, en bonne et en mauvaise santé, dans ses peines et ses joies profondes tout au long de nos trente-trois années communes, m'a fait grandir.

Pour toutes ces raisons, je tiens à rendre cet hommage à mon Bien-Aimé qui reste pour moi un don unique, aujourd'hui, demain et pour l'Eternité.

Fabiola

Photos for this post

Lettre ouverte à l`occasion du 10e anniversaire du décès du Roi Baudouin

© Belga