Remise la Médaille Cérès au siège de la FAO

  • 16/10/2001
Voir aussi :
Theme:

Monsieur le Président de la République fédérale d#Allemagne,
Monsieur le Directeur Général,
Messieurs les Ministres,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Je suis émue de participer aujourd#hui la célébration de la Journée Mondiale de l#Alimentation au siège de la FAO. J#adresse ces remerciements tous ceux qui, en me remettant la médaille Cérès, honorent l#engagement de toute l#Equipe des Premières Dames qui avec moi ont travaillé et travaillent toujours la promotion économique des femmes rurales pauvres.

Cet hommage aux Premières Dames qui depuis 1992 ont participé au Comité Directeur International pour la Promotion économique des femmes rurales (le CDI) s#adresse aussi leurs représentantes personnelles, leurs collaborateurs et leurs maris, qui les ont soutenues et aidées. Mais également aux femmes que nous avons toujours voulu servir tant bien que mal dans leur vie d#épreuves vécue en milieu rural. Ces dames sont les premières au service de leur famille souvent nombreuse, dont elles deviennent les premières responsables. Souvent, elles sont les dernières se voir reconnues pour ce qu#elles sont et pour ce qu#elles font avec courage.

Je remercie également pour leur généreuse contribution et leur engagement indéfectible auprès de ces dames rurales le Noyau des Premières Dames de Colombie, d#Egypte, de Malaisie, du Nigeria, du Sénégal, de Turquie, qui avec la Belgique, son Roi et deux de ses ministres, nous ont permis d#être les initiatrices du Sommet de Genève pour la Promotion économique des femmes rurales.

Je remercie aussi le Fonds International de Développement Agricole (F.I.D.A.) et ses anciens présidents, messieurs Jazaïry et Al-Sultan, dont l#aide concrète fut essentielle pour la vie du CDI.

Merci encore l#Organisation des Nations Unies pour l#Alimentation et l#Agriculture (la F.A.O.) et son Directeur-général, Monsieur Diouf, pour avoir soutenu le projet DIMITRA, lancé par la Fondation Roi Baudouin ? et qui permet aux ONG d#Europe, d#Afrique et d#Asie de se contacter et de collaborer. Base de données offerte tous, elle permet de créer des synergies et tisser des amitiés dans le champ du développement rural. Le soutien structurel de la FAO lui est indispensable.

Et enfin merci la Fondation Roi Baudouin qui assure depuis longtemps la continuité logistique et le suivi du financement du secrétariat rotatif du CDI.

Par la remise de cette médaille Cérès, la FAO reconnaît les mérites des récipiendaires. Mais ici, elle reconnaît surtout les mérites du Roi Baudouin pour qui le respect de la dignité de la femme était une valeur tout fait primordiale. Car la mise en chantier et l#action du CDI qui sont aujourd#hui reconnues, c#est lui qui en a été le père. Avec l#ancien Président du F.I.D.A., il en a eu l#initiative et avec son successeur, ils en ont été les animateurs les plus actifs. Baudouin fut le levier qui suscita une mobilisation en faveur des femmes et des enfants les plus pauvres du monde.

Depuis notre cheminement ensemble, mon mari m#ouvrit tous grands les yeux et le c?ur sur les misères du monde. Il répétait souvent la phrase de Follereau : « Je ne veux jamais être heureux tout seul » et il disait que le bonheur doit se partager comme les souffrances. En assouvissant la soif de chacun d#être reconnu dans sa dignité de personne humaine, nous pouvons éliminer la faim dans le monde. L#un ne va pas sans l#autre.

Face au constat d#une féminisation galopante de la pauvreté, les nombreux discours de mon mari lui semblaient la longue produire trop peu de résultats concrets. Baudouin croyait de toute son âme que la pauvreté et l#ignorance ne sont pas des fatalités, qu#elles doivent être allégées tout prix et qu#il faut s#y engager tous ensemble. Quelque chose de fort devait attirer l#attention de tous sur les injustices économiques structurelles qui affectent ces femmes.

Le Roi Baudouin pensait que la femme d#un chef d#Etat a le pouvoir de révéler dans les milieux influents qu#elle fréquente la responsabilité que nous portons tous ensemble d#améliorer le sort de tant de familles abandonnées dans la misère extrême.

Gagner leur mari cette cause les grandit et les unit tous deux dans la défense des droits des sans voix.

Et c#est ainsi que grâce monsieur Boutros Boutros-Ghali a eu lieu Genève en février 1992 le Sommet sur la promotion économique des femmes rurales, qui fut la base de la « Déclaration de Genève sur les femmes rurales ».

Son but était d#accorder d#urgence ces femmes une place prioritaire dans les programmes de promotion et de développement, ce qui fut reconnu par monsieur Kofi Annan en nous accordant le statut consultatif général ( l?ONU).

Il s?agissait pour nous, dès avant la Quatrième Conférence Mondiale sur les Femmes Pékin (en septembre 1995) de sortir de l#oubli institutionnel celles qui n?étaient pas bénéficiaires des campagnes d#aide ou de promotion sociale. C?est surtout elles, pourtant, qui travaillent, souffrent et luttent pour leur famille et pour la croissance du bonheur qu#elles espèrent atteindre en obtenant pour ceux qu#elles aiment de devenir autonomes. On oublie qu#elles contribuent pour 50% la richesse de leur pays. Il faut leur accorder la paix et la santé du corps et de l#esprit menacées sans cesse par la peur, l#angoisse, la perte de leur liberté et la dépendance des plus riches.

Quels sont les objectifs que nous avons atteints depuis 1992 ´

Tout d#abord la Déclaration de Genève a contribué marquer une avancée dans la cause des femmes rurales. Cette Déclaration de Genève est devenue le document de référence par excellence des Nations Unies en ce qui concerne la promotion de la femme rurale, comme l?indique le préambule de la Plate-forme d#action de Pékin en 1995.

Il est difficile de dire si le Sommet de Genève de 1992 a été le catalyseur de l?attention accordée depuis quelques années la situation de la femme rurale, mais il me semble certain que des signes indéniables d#une attention renouvelée en sa faveur sont apparus depuis lors.

Depuis la Conférence de Pékin, la plupart des agences des Nations Unies, des gouvernements et des ONG, considèrent le progrès et la participation féminine rurale comme la clé d#un développement durable équilibré. La décision récente de la Banque Mondiale de « revitaliser le développement rural, met l#accent sur le besoin d#éducation, en particulier pour les filles ». C#est très important. La protection de la santé est évidemment liée l#enseignement.

Au sujet de l#évolution interne du CDI :

En Asie surtout, le Comité Directeur Régional, solidement implanté, a un poids certain dans le choix et l#orientation des programmes de développement au sein de plusieurs pays de la région.

En Afrique et au Moyen-Orient, les Comités Directeurs Régionaux commencent créer un réseau de solidarités qui permet d#espérer. Force est de constater que le CDI a principalement été soutenu et suivi par des femmes vivant dans des pays majorité musulmane.

En Amérique, les Conférences annuelles des Premières Dames des Amériques et des Caraïbes font depuis des années un merveilleux travail dans le domaine qui est précisément celui qui nous tient c?ur.

Au Sommet du Micro-crédit Washington, en février 1997, notre soutien fut inconditionnel. Le génie du Professeur Yunus a permis un grand nombre de personnes d#entrer dans le circuit des échanges monétaires et d#accéder au marché du travail. Mais d#autres formules d#économie alternative, découvrir et inventer, pourront concourir la solidarité universelle.

La FAO contribue par son action concrète et quotidienne au développement rural et la lutte contre la faim dans le monde, même si la faim et la soif sont devenues des armes pour les puissants et les nantis.

L#assaut des guerres et des haines pourrait faire baisser les bras. Mais tout cela ne saurait assassiner l#espérance de vie qui est en nous et dans la nature.

L#espérance se révèle dans les grains de blé : tombés en terre, ils semblent dépérir et pourtant ils lèvent un matin et préparent la sève de moissons, dix, vingt fois plus porteuses de vie venir.

Serait-ce le grain de blé qui détient le secret de la Corne d#Abondance ´ Ou est-ce la Déesse Cérès ´

La devise « L#Amour espère tout » de Paul de Tarse, gravée dans la médaille que vous m#offrez, a un sens pour moi et me touche. Elle contient le germe du don gratuit et de la solidarité universelle qui pourraient devenir l#accès ce bien commun auquel tous aspirent.

Cette conviction ne peut qu#encourager tous ceux qui comme vous ?uvrent pour un avenir meilleur offert notre grande famille humaine.

Merci de votre attention.