Belgische Rode Kruis - Toespraak van de Koning

  • 26/03/1994
Zie ook:
Thema:

(Franse tekst)

Mesdames et Messieurs,

Je souhaite en premier lieu vous remercier tous de votre présence.Je la ressens comme une marque de sympathie et cela me touche beaucoup. Je remercie en particulier les deux Présidents Communautaires de la CroixRouge de Belgique pour les aimables paroles qu#ils m#ont adressées.

Comme il vient d#être rappelé, c#est en 1958 que je me suis engagé la Croix-Rouge en tant que volontaire, et j#ai eu l#honneur de la servir comme Président National jusqu# ce jour. Il va de soi que durant cetté longue période beaucoup de choses se sont passées. La Croix-Rouge a effectué d#innombrables interventions, tant sur le plan national qu#international. Il n?est pas possible de les évoquer toutes aujourd#hui, mais je voudrais néanmoins rappeler un événement important.

En 1972 la Croix-Rouge a entrepris une profonde restructuration de son organisation. C?était l?aboutissement d?une étude qui fut menée pendant deux années au sein d#un groupe de travail national. Ce groupe, créé en 1969, déposa en décembre 1971 un projet de nouveaux statuts qui fut approuvé, en juillet 1972, par Arrêté Royal.

La Croix-Rouge de Belgique devint la Croix-Rouge Belge et serait désormais composée de deux communautés, savoir : la communauté Flamande et la communauté Francophone, chacune disposant d#une large autonomie.

Cette réforme répondait en fait au souhait d#un certain nombre de membres de la Croix-Rouge, et elle fut réalisée en concertation et parfaite harmonie.

C#est dans un même esprit que l#Assemblée Générale de la Croix-Rouge adopta,vingt ans plus tard, en 1992, de nouvelles dispositions statutaires qui furent approuvées ensuite par les Exécutifs de nos Communautés.

La Croix-Rouge Belge est présent composée de trois communautés : la communauté Flamande, la communauté Francophone et la communauté Germanophone, tandis qu#un statut particulier est prévu pour la Région de Bruxelles-Capitale.

L#autonomie de chaque communauté fut confirmée et même étendue. A nouveau il faut souligner que cette dernière restructuration se réalisa dans le meilleur esprit au sein de la Croix-Rouge.

Quoique composé de trois communautés, notre Mouvement se présente dans le domaine international comme une seule unité. En effet, un seul mouvement Croix-Rouge est reconnu par pays. Dès lors, nos trois communautés mettent leurs ressources en commun et conjuguent leurs efforts lorsque la Croix-Rouge Internationale fait appel la Belgique pour mettre en oeuvre une opération d#aide l#étranger.

Cette collaboration entre communautés est courante, aisée, et parfaitement coordonnée.
Ce résultat est acquis grâce aux excellents contacts qui existent entre direction et personnel des différentes communautés. Ce contact régulier, sinon journalier, organisé ou officieux, me semble un acquis très précieux qui doit être conservé et encouragé.

Les actions humanitaires pour venir en aide des populations touchées par un conflit ou par une catastrophe naturelle sont nombreuses notre époque. Elles ne reposent d#ailleurs plus, aujourd#hui, sur les seules épaules de la Croix-Rouge. En effet, de nombreuses autres organisations s#y emploient également avec dévouement et désintéressement.

Notre pays a connu, il y a peu, de graves inondations et je saisis volontiers cette occasion pour remercier, une fois de plus, les nombreux volontaires et permanents qui se sont dépensés sans compter pour soulager les victimes.

C#est bien l , en efet, le rôle de notre Mouvement : soulager des victimes, alléger les souffrances. Nous devons nous employer le faire toujours avec un maximum d?humanité et d#efficacité.

Il me semble qu#une condition de base pour réaliser cet objectif réside dans la formation de nos membres. La qualité de nos interventions sera certes proportionnelle la qualité de notre organisation, mais aussi et surtout la compétence professionnelle de nos collaborateurs bénévoles et permanents. Leur formation doit être technique, mais elle sera aussi humaine.

Faut-il rappeler que le premier principe fondamental de notre Mouvement est : Humanité. En peu de mots cela veut dire que le fondement et la condition de réussite de notre projet humanitaire ne peuvent résider ailleurs que dans la considération et l#estime que nous montrerons l#égard de tous ceux que nous secourons.

La victime ne s#y trompera pas. L#aide technique efficace sera décuplée si nous parvenons y associer le respect inconditionnel de la personne humaine, sans la moindre discrimination.

Les formations que nous dispensons, qu#elles soient de Benjamin-secouriste ou d#ambulancier, doivent intégrer ces deux volets. D#une part un volet technique de qualité et d?autre part un véritable souci de l#humain. Nous formerons ainsi des collaborateurs et des collaboratrices fiables, appréciés et utiles, en même temps que des hommes et des femmes plus épanouis.

Dans le domaine du sang notre pays possède le grand avantage de couvrir ses besoins sans devoir faire appel une aide extérieure. Il le doit la générosité de presque 500.000 donneurs bénévoles auxquels je tiens témoigner, une fois encore, toute mon estime et toute ma reconnaissance.

Pour terminer je voudrais exprimer mes remerciements chaleureux tous les collaborateurs permanents et tous les volontaires de notre Croix-Rouge de Belgique, pour le dévouement et la collaboration sans réserve dont j#ai bénéficié au cours de ces nombreuses années.

Je ne doute pas qu#ils apporteront désormais leur soutien si précieux ma fille, la Princesse Astrid, qui j#ai le plaisir de céder maintenant la parole.