Le Roi

Sa Majesté le Roi est né à Bruxelles le 15 avril 1960. Il est le fils aîné du Roi Albert II et de la Reine Paola. Il est le petit-fils du Roi Léopold III et de la Reine Astrid.

Après l’abdication de son père, le Roi Albert II, le Prince Philippe a prêté serment le 21 juillet 2013 devant la Chambre des Représentants, en tant que septième Roi des Belges.

Il a épousé Mathilde d’Udekem d’Acoz en 1999.

Le Roi a suivi un cursus scolaire bilingue dans l’enseignement primaire et secondaire en Belgique et ensuite à l’Ecole Royale militaire belge, établissement bilingue de niveau universitaire. Passionné par l’aviation et l’aérospatiale depuis son plus jeune âge, il se tourne vers la force aérienne et obtient son brevet de pilote de chasse. Il complète ce cursus militaire avec la formation de para-commando.

Il quitte ensuite le sol belge pour parfaire sa formation académique à l’étranger. Après un trimestre à l’université d’Oxford (Royaume-Uni), il met le cap vers l’université de Stanford (USA) où il décroche le diplôme de Master of Arts en Sciences politiques.

De retour en Belgique en 1985, il se plonge dans les réalités politiques, économiques et sociales de son pays. Un parcours de huit années à la rencontre de la Belgique et des Belges, ponctué par un nombre considérable de visites, rencontres, conférences et missions qui l’amènent à s’imprégner de tous les aspects du fonctionnement de son pays.

C’est aussi à cette période qu’il se forge une connaissance approfondie dans les domaines qui l’intéressent personnellement. Il est féru d’histoire, de littérature et de philosophie. Ses voyages d’étude l’amènent à rencontrer, de par le monde, diverses personnalités qui s’engagent en tant que dirigeants ou simples citoyens. Il suit de près le processus de construction européenne.

 Le Roi (alors Prince Philippe) fait diverses expériences de terrain dans le domaine humanitaire.

La mort du Roi Baudouin en 1993 marque un tournant important dans la vie du Prince, alors âgé de 33 ans. Il devient héritier présomptif, suite à l’accession au trône de son père le Roi Albert II.

C’est alors que son rôle public s’affirme. Il couvre des domaines en phase avec les enjeux majeurs de son temps: les missions internationales au service de l’économie belge et de l’image de la Belgique à l’étranger, le développement durable, le dialogue entre les communautés de Belgique, le soutien aux personnes fragilisées et l’encouragement des talents.  Il entretient un dialogue régulier avec les responsables politiques, les recevant en audience ou coopérant avec eux dans le cadre de missions et d’activités ciblées.

En 1993, à la demande du Roi Albert II, le Prince Philippe reprend la Présidence d’honneur de l’Agence pour le Commerce extérieur. C’est à ce titre qu’il mène pas moins de 85 missions économiques belges à l’étranger dans les vingt années qui suivent. Aujourd’hui, ces missions ont atteint un niveau d’impact positif largement reconnu. Le Prince Philippe y jette des ponts entre les sociétés belges et étrangères, mais aussi entre les sociétés belges elles-mêmes. Après son accession au Trône en 2013, le Roi reste Président d’honneur de l’Agence pour le Commerce extérieur et demande à sa sœur, la Princesse Astrid, de le représenter lors des missions économiques.

Une autre préoccupation majeure du Roi est le développement durable. De 1993 à 2013, il préside le Conseil fédéral du développement durable, qui fédère les composantes économiques, sociales, environnementales et scientifiques du pays, chargées d’adresser des avis au gouvernement. C’est dans cette logique qu’il accepte la présidence d’honneur de la Fondation Polaire Internationale.

Il soutient activement le dialogue entre les trois communautés du pays. En créant le Fonds Prince Philippe en 1998, il promeut le dialogue entre des groupes de citoyens des différentes communautés linguistiques et stimule ainsi une plus grande reconnaissance mutuelle dans le respect de la spécificité et de la culture de chacun.

Conscient des nombreuses formes possibles de marginalisation, le Roi Philippe multiplie les occasions de rencontre avec les personnes qui en sont victimes. Là encore, c’est sur le terrain qu’il prend la mesure des fragilités humaines, qu’elles soient dues à la maladie, à l’exclusion sociale, aux accidents ou aux catastrophes naturelles.

Enfin, il accompagne les nombreux talents que compte la Belgique. Sportifs, artistes, scientifiques, explorateurs, jeunes talents, tous sont suivis avec intérêt par le Roi.

Le Roi et la Reine combinent leur vie de famille avec les exigences protocolaires et officielles. Ils éduquent personnellement leurs quatre enfants, Elisabeth, Gabriel, Emmanuel et Eléonore. Les enfants reçoivent une éducation multilingue et vont à l’école en néerlandais.

Les vacances sont consacrées à la famille et aux amis. Dans leur temps libre, les Souverains lisent beaucoup et pratiquent plusieurs sports. Le Roi fait régulièrement de la course à pied et a participé aux 20 km de Bruxelles en mai 2013 et 2014.