Discours de Sa Majesté la Reine - Prix Fonds Reine Mathilde - 2014

13 Mai 2014

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Chers Jeunes,

L'histoire nous apprend combien il est important de transmettre nos valeurs, nos normes et nos traditions de génération en génération. Elles constituent en effet le fondement de notre avenir. La transmission de connaissances et l'échange d'expériences de vie permettent en outre de rapprocher les générations. Dans notre société en constante évolution, il est plus que jamais primordial que les jeunes et les aînés restent unis par un lien solide.

La commémoration de la Première Guerre mondiale en est une belle illustration. Cette guerre éclata il y a cent ans déjà, mais elle appartient à notre mémoire collective. Il est impératif que son souvenir perdure auprès des jeunes. « 14-18 » est en effet une histoire vécue au quotidien par nos grands-parents et arrière-grands-parents, qui ont enduré ces années de guerre avec beaucoup de courage mais souvent aussi avec une immense tristesse. Lors de mes rencontres, je suis heureuse de constater combien les jeunes s'intéressent à cette histoire. Pour beaucoup d'entre eux, c'est l'occasion de se demander pour la première fois si leur propre famille n'a pas été confrontée à cette guerre. Une fois rentrés chez eux, les questions qu'ils posent peuvent être le point de départ d'une conversation permettant aux souvenirs de famille de nourrir une nouvelle génération.

Il est bon que nous racontions à nos enfants la vie de nos ancêtres, car cela aussi contribue au respect et à la tolérance entre les générations.

Mesdames et Messieurs,

Au cours des années écoulées, j'ai visité de nombreuses initiatives visant à bâtir des ponts entre les jeunes et les aînés. Il m'a été donné de constater que tous ont la volonté de mieux comprendre l'autre. À plusieurs reprises, on m'a fait part du souhait d'améliorer la communication et de la nécessité de créer des espaces publics où jeunes et aînés puissent se rencontrer dans une ambiance détendue. Trop souvent, les différentes générations mènent des vies séparées, avec la solitude et l'isolement à la clé. L'individualisme prime parfois sur l'esprit collectif, alors que la solidarité entre les générations, au sein des structures familiales, en groupe et au-delà des différences d'âge est indispensable pour notre épanouissement personnel. Les hommes et les femmes sont formés par les générations qui les ont précédés. En être conscient permet de mieux rassembler les talents et donc de renforcer la société.

Je me réjouis dès lors que de nombreux projets introduits cette année aient précisément pour thème le lien entre les générations.

C'est le cas des quatre finalistes - l'Athénée Royal d'Ixelles, la vzw Leren Ondernemen de Louvain, l'asbl Au bonheur du jour de Soignies et la Katholieke Hogeschool Sint-Lieven de Gand, qui mettent l'accent sur la stimulation du dialogue intergénérationnel.

Des jeunes qui s'engagent pour leurs aînés; des jeunes qui prennent le temps de s'occuper des plus âgés malgré la vie agitée qu'ils mènent et la pression qu'ils subissent dans leurs études et sur le marché de l'emploi. Dans leurs choix de vie, les jeunes doivent se sentir portés par les générations précédentes : c'est de nature à les rassurer et cela leur permet de mieux affronter la vie.

Il est tout aussi important que nos aînés ne soient pas trop vite considérés comme dépassés et puissent continuer à s'engager activement. Nos aînés sont plus que jamais disposés à apporter leur pierre à l'édifice. Et il serait regrettable de ne pas discerner le potentiel qu'ils représentent pour la société.

Mesdames et Messieurs,

Le grand nombre de candidatures introduites démontre que le Fonds a choisi un thème qui est bien vivant au sein de notre société ; un thème qui suscite une réflexion et la recherche active de solutions.

Que des jeunes provenant de diverses écoles aient relevé avec enthousiasme le défi de se pencher ensemble sur le choix du lauréat de cette année constitue en soi un bel exemple de solidarité sociale.

Chers membres du jury de jeunes,

Je vous félicite pour le sérieux et l'engagement dont vous avez fait preuve dans l'exercice de votre tâche, faisant ainsi rayonner l'espoir et la confiance. Je souhaite que cette expérience exceptionnelle vous accompagne à jamais.

J'aimerais conclure en citant Goethe: "Là où disparaît l'intérêt, disparaît le souvenir".

Ensemble, unissons nos forces pour notre avenir.

Je vous remercie.