Discours de Sa Majesté le Roi à l’occasion de la visite d’état du Président de la République Française M. Emmanuel Macron

19 novembre 2018

Monsieur le Président, Madame, 

C’est avec joie que la Reine et moi-même vous accueillons ce soir à Laeken. Nous recevons le chef d’Etat d’un grand pays, grand par son histoire, par son rayonnement et par son poids dans le monde. Nous recevons en vous, Monsieur le Président, un homme pétri de cette belle culture française, un visionnaire donnant un nouvel élan à son pays et à l’Europe, dans un esprit de dialogue et de rassemblement. 

Les Belges connaissent et apprécient la France comme un des plus beaux pays au monde, pays des beaux blés, de la grappe et des ruissellements, comme le disait si bien Charles Péguy. Nos peuples ont tissé entre eux des liens innombrables et profonds. Et je suis heureux de relever que cette amitié se traduit aussi dans la bonne entente personnelle entre vous-même et notre premier ministre. 

Votre visite intervient à un moment crucial pour l’avenir de l’Europe. Aujourd’hui, ce beau projet s’essouffle. La semaine dernière encore, vous avez justement rappelé que ce sont nos valeurs communes qui sont en jeu.

Les valeurs européennes sont le fruit d’une longue histoire, celle d’une affirmation progressive de la dignité humaine, prenant son origine dans la pensée grecque, ancrée dans le droit romain, relayée par les convictions philosophiques et religieuses, modernisée par les Lumières et s’épanouissant dans les démocraties contemporaines. Il a fallu plus de deux millénaires de réussites et d’échecs, d’heures brillantes et de pages sombres, pour que l’Europe puisse affirmer, comme elle le fait dans le Traité de l’Union européenne, que les valeurs communes de tous ses états membres sont le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’État de droit. 

C’est sur le pardon et la réconciliation, qu’au nom de leurs peuples, les pères de l’Europe ont fondé un projet unique au monde. Cela nous a permis de développer une coopération intense entre nous, qui respecte les identités propres de nos peuples. L’Europe d’aujourd’hui gagnerait à redécouvrir cet esprit.

La Belgique se trouve à la croisée de deux grandes cultures, latine et germanique. La symbiose entre ces deux mondes est notre spécificité. Elle nous amène à chercher des solutions, ensemble, de manière constructive, dans le respect de l’autre. La complémentarité et la valeur ajoutée qui résulte des différences fonde notre identité, la constance de nos politiques et notre conviction européenne. Notre histoire et les nombreux conflits menés sur notre territoire, nous ont fait comprendre que l’équilibre et l’harmonie entre pays européens doivent quotidiennement et sans cesse être entretenus et nourris. C’est aussi pour cette raison que le multilatéralisme nous est si naturel. 

Nous continuerons à nous investir pour faire triompher le bon sens et l’efficacité dans les enceintes internationales, au Conseil de Sécurité et sur le terrain, notamment en Afrique, où nos militaires sont déjà souvent engagés côte à côte.

Monsieur le Président, 

La France et la Belgique ont d’immenses atouts pour relever les défis de notre temps. Nos deux pays sont riches d’un grand dynamisme et d’une infinie créativité, chacun avec son génie propre. 

Comme vous avez pu le constater cet après-midi à Gand et comme vous le verrez demain à Louvain-la-Neuve, nos universités sont à la pointe de l’innovation et nos entreprises creusent quotidiennement de nouveaux sillons dans des domaines d’avenir. Comme vous le verrez aussi à Molenbeek, nos collectivités et nos associations foisonnent d’idées et sont des acteurs clés dans la création de la société de demain. 

Avec leur capital humain, leurs facultés techniques, l’imagination et l’énergie qui nous caractérisent, nos deux pays, forts de leur amitié, peuvent affronter l’avenir avec confiance. 

C’est animé de cette conviction et avec mes vœux les plus intenses pour le succès de votre action, Monsieur le Président, que je vous invite, Mesdames et Messieurs, à vous lever (…) et à lever votre verre en l’honneur du Président de la République française et de Madame Macron.